actualite

Xavier Denamur

Après avoir abandonné ses études de géographie en 1987 pour des raisons éthiques et politiques, il s’installe au début des années 90 comme restaurateur dans le Marais où il met en pratique ses convictions sociales, économiques et environnementales.

En 2004, la déclaration du président de la plus grande organisation patronale, M. Daguin, qui « ne pourrait empêcher ses troupes » de voter FN s’il n’obtenait...

Lire plus

CONTACT

Isn’t it about time we sat around the table?

Actu / Caféine

Les carnets de notes

Publié le
mer, 01/27/2016

Demandez les carnets de notes La Belle Hortense, Les Philosophes et Au Petit Fer à Cheval.

Ils sont disponible dans les trois lieux.

Format de poche, 72 pages de papier déssin et écriture. Prix 5€.

Lire la suite...

ACTU /

Midi en France

Publié le
ven, 10/23/2015

Pour ceux qui ont loupé le Midi en France du jeudi 21 octobre, le petit reportage auquel j'ai participé dans lequel on retrouve les Chapolard qui me fournissent en lait frais cru bio ou en yaourts bio ( en vente deux vendredis par mois sur le mini marché des Philosophes) .

Lire la suite...
Happy nuggets
Sur le plateau du 6-9 avec Marion Lagardère le 26 juin 2015
Isn’t it about time we sat around the table?

EXCLU /

Lancement de restoleaks

Publié le
mer, 04/08/2015

Si les clients et les pouvoirs publics pouvaient entendre ce qui se dit dans les arrières-cuisines, il ne faudrait pas longtemps avant que de nouvelles pratiques s'imposent !

Lire la suite...

ACTU /

VIDEO Canal+ se met à table

Publié le
mer, 04/01/2015

Xavier Denamur était l'invité de la Nouvelle édition du vendredi 27 mars, voir l'émission en podcast.

Lire la suite...

EXCLU /

Vol au dessus d'un nid de cocottes

Publié le
mer, 03/25/2015

Histoire d'un poulet de type "standard" égaré dans une ferme normale. Poulet programmé pour "pousser" sans voir la lumière naturelle en 5 semaines et rarement vivre plus de 45 jours avant de passer au four, dans les nuggets ou en cuisses dans les cantines scolaires.

Lire la suite...

ACTU /

Il sert du 47 à Paris

Publié le
mer, 07/30/2014
Lire la suite...
Logo réalisé par David Farge
François Hollande à Paris, le 3 juillet 2014 (Denis Allard-POOL/SIPA).

ACTU /

XD soutient le vrai bio dans les cantines

Publié le
mar, 06/17/2014

Reportage France 3 Provence et la séqence cantines du film République de la Malbouffe :

Lire la suite...
Isabelle Saporta, Claudy Lebreton, Daniel Bernard et Xavier Denamur
© Julien Domec
Photo double page de l'excellent article  de Marianne du 28 février au 6 mars sur les agriculteurs par Daniel Bernard

ACTU /

Participez à la grande campagne d'intox de Sylvia Pinel

Publié le
mer, 03/05/2014

Du 4 mars au 4 avril, les consommateurs et les restaurateurs sont invités à participer à « une grande consultation en ligne sur le fait maison » que vous découvrirez sur ce lien

Lire la suite...
Une tarte faite maison (Sierra Michels Slettvet/Flickr/CC)

X

Xavier Denamur
> Actualités

Périco Légasse à la pointe de l'actualité gastronomique en cette fin d'année

Jeudi, Décembre 24, 2015


Publiées dans le Marianne du 24 décembre et en kiosque jusqu'au 7 janvier, les dernières "recommandations gastronomiques pour finir l'année en beauté" de Périco Légasse m'ont bien fait marrer. Ce bon vivant promu au rang de journaliste gastronomique a la réputation de se faire arroser par les grands chefs, il n'en n'oublie pas moins de prendre ses petits cadeaux auprès des artisans qu'il cite dans ses papiers où le manque de travail couplé à une certaine prépondérance à la branlette cul-in-aire est devenu une fâcheuse tendance. Je cite un extrait de son dernier article sur le chocolatier Christian Constant dont il est question ci-dessous: " De la succulence à l'état pur où l'émotion d'une saveur va puiser dans les souvenirs d'enfance pour expliquer une telle intensité." J'imagine Freud se fendre la fève à analyser l'inconscient de ce pique assiette professionnel. Pour ma part, j'ai décidé de consacrer quelques lignes à la pertinence de son travail journalistique où le recyclage d'anciens papiers est monnaie courante comme ce presque publi-reportage sur la brasserie Chez Jenny filiale de la caisse des Dépôts et Consignation où monsieur Légasse doit sans aucun doute avoir ses petits avantages en nature.
http://www.marianne.net/choucroute-jenny-100238892.html

Dans le dernier numéro de Marianne, les lecteurs qui suivent encore les yeux fermés les conseils de monsieur LEGASSE vont se casser les dents sur la porte close de l'excellent chocolatier Christian Constant auquel il consacre un joli encart. En effet, la boutique Christian Constant de la rue d'Assas citée en bas de page de l'article en question a définitivement baissé rideau le 27 novembre dernier. Monsieur LEGASSE n'a visiblement pas pris la peine de contacter le "compositeur en chocolat" avant d'en faire à nouveau l'éloge. Chose qui aurait dû lui permettre de passer se servir quelques boîtes de chocolats et autres confiseries aux frais de la princesse si monsieur Constant avait toujours pignon sur rue.
En fait, monsieur Légasse n'est pas à son premier coup d'essai en matière d'informations non vérifiées. En 2012, j'en avais fait personnellement les frais. Sans avoir mis les pieds dans mon bistrot les Philosophes, ce mange à tous les râteliers, sauf chez moi cela va de soi, s'était fendu d'un article pour expliquer que je servais dans mon "snack à touristes des salades sans intérêt et des plats d'une banalité absolue". Ces collègues journalistes qui fréquentent assidûment mes "repaires boboïsants" apprécieront. Il me reprochait par ailleurs de dénoncer l'inefficacité de la baisse de la TVA dans la restauration, la Cour des Comptes a depuis fini par me donner un peu raison. http://www.marianne.net/pericolegasse/Republique-de-la-malbouffe-Le-Zorr...
Périco Légasse devrait d'ailleurs relire son unique article à mon égard à la lumière du Canard enchaîné de cette semaine. http://www.politique.net/2015122401-baisse-tva.htm
Pour revenir au sujet qui nous préoccupe, il est clair que si monsieur S'agace très vite avait pris la peine de faire son travail de journaliste, il aurait appris que monsieur Constant avait décidé l'été dernier de prendre sa retraite et de céder son magasin. Il aurait eu vent qu'il avait dû tirer l'oreille de son repreneur pour concrétiser la vente. Il aurait aussi été au parfum qu'en en lieu et place de sa boutique un restaurant "bio" ouvrirait ses portes en 2016, un truc qui lui aurait mis mes nerfs. Imaginez, perdre un fournisseur docile de friandises de luxe contre un vulgaire restaurant pour bobos version rive gauche. Un outrage au bon goût que monsieur avare n'aurait pas manqué de sanctionner dans son reportage. Mais monsieur Légasse n'a pas pris le temps d'échanger même cinq minutes par téléphone avec monsieur Constant, il n'a donc même pas pu informer ses lecteurs que finalement "maître Constant", ne pouvant arrêter de composer des chocolats et créer des glaces, continuerait la production de ces produits dans son laboratoire de la rue du Bac où il espère prochainement pouvoir ouvrir une nouvelle boutique.

Je profite de cette tribune pour saluer le fait que le roi de la chocolaterie parisienne était aussi l'un des dernières glaciers à travailler à l'ancienne, c'est à dire sans stabilisant, épaississant, colorant ou autre agent de texture. Jusqu'en novembre dernière, je fus l'un de ses plus fidèles revendeurs de "glaces et sorbets à l'ancienne." Philippe Démoulin, un de ses anciens salariés vient de commencer pour mes établissements le même type de produits glacés dont la date limite de consommation ne dépasse pas deux mois contrairement à un papier de Périco Légasse qui peut être périmé dès sa mise sur le marché.

Achat de chocolats Christian Constant par correspondance christianconstant@orange.fr
Pièces montées, pâtisseries et glaces à l'ancienne Pâtisserie Démoulin 6 boulevard Voltaire 75011 Paris