actualite

Xavier Denamur

Après avoir abandonné ses études de géographie en 1987 pour des raisons éthiques et politiques, il s’installe au début des années 90 comme restaurateur dans le Marais où il met en pratique ses convictions sociales, économiques et environnementales.

En 2004, la déclaration du président de la plus grande organisation patronale, M. Daguin, qui « ne pourrait empêcher ses troupes » de voter FN s’il n’obtenait...

Lire plus

CONTACT

Isn’t it about time we sat around the table?

Actu / Caféine

Les carnets de notes

Publié le
mer, 01/27/2016

Demandez les carnets de notes La Belle Hortense, Les Philosophes et Au Petit Fer à Cheval.

Ils sont disponible dans les trois lieux.

Format de poche, 72 pages de papier déssin et écriture. Prix 5€.

Lire la suite...

ACTU /

Midi en France

Publié le
ven, 10/23/2015

Pour ceux qui ont loupé le Midi en France du jeudi 21 octobre, le petit reportage auquel j'ai participé dans lequel on retrouve les Chapolard qui me fournissent en lait frais cru bio ou en yaourts bio ( en vente deux vendredis par mois sur le mini marché des Philosophes) .

Lire la suite...
Happy nuggets
Sur le plateau du 6-9 avec Marion Lagardère le 26 juin 2015
Isn’t it about time we sat around the table?

EXCLU /

Lancement de restoleaks

Publié le
mer, 04/08/2015

Si les clients et les pouvoirs publics pouvaient entendre ce qui se dit dans les arrières-cuisines, il ne faudrait pas longtemps avant que de nouvelles pratiques s'imposent !

Lire la suite...

ACTU /

VIDEO Canal+ se met à table

Publié le
mer, 04/01/2015

Xavier Denamur était l'invité de la Nouvelle édition du vendredi 27 mars, voir l'émission en podcast.

Lire la suite...

EXCLU /

Vol au dessus d'un nid de cocottes

Publié le
mer, 03/25/2015

Histoire d'un poulet de type "standard" égaré dans une ferme normale. Poulet programmé pour "pousser" sans voir la lumière naturelle en 5 semaines et rarement vivre plus de 45 jours avant de passer au four, dans les nuggets ou en cuisses dans les cantines scolaires.

Lire la suite...

ACTU /

Il sert du 47 à Paris

Publié le
mer, 07/30/2014
Lire la suite...
Logo réalisé par David Farge
François Hollande à Paris, le 3 juillet 2014 (Denis Allard-POOL/SIPA).

ACTU /

XD soutient le vrai bio dans les cantines

Publié le
mar, 06/17/2014

Reportage France 3 Provence et la séqence cantines du film République de la Malbouffe :

Lire la suite...
Isabelle Saporta, Claudy Lebreton, Daniel Bernard et Xavier Denamur
© Julien Domec
Photo double page de l'excellent article  de Marianne du 28 février au 6 mars sur les agriculteurs par Daniel Bernard

ACTU /

Participez à la grande campagne d'intox de Sylvia Pinel

Publié le
mer, 03/05/2014

Du 4 mars au 4 avril, les consommateurs et les restaurateurs sont invités à participer à « une grande consultation en ligne sur le fait maison » que vous découvrirez sur ce lien

Lire la suite...
Une tarte faite maison (Sierra Michels Slettvet/Flickr/CC)

X

Xavier Denamur
> Actualités

Challenges: "Ce restaurateur parisien lève le voile sur les arnaques en cuisine"

Mercredi, Avril 8, 2015


Par Jean-François Arnaud, article en libre accès publié sur challenges.fr le 8 avril 2015 Les restaurateurs français sont-ils des menteurs et des tricheurs ? Je n'accuse personne, je témoigne simplement. Cela fait 37 ans que je suis dans le métier. J'ai commencé plongeur, j'étais payé au noir. Puis serveur, pas totalement déclaré. Pour ma première affaire, j'ai dû donner une partie en "chocolat" (nom plus affectif que le black pour désigner l'argent liquide dans la profession ) que des "brasseurs" d'affaires ( agents de gros entrepositaires de bière et autres produits liquides destinés aux HCR) m'ont dégoté et prêté en espèces sans difficulté. À lecture de bilans catastrophiques, les banques, spécialisées dans les ventes de fonds de commerces, n'ont pas manifesté de surprise et m'ont accordé facilement des crédits avec un nantissement de premier rang sur mes fonds de commerce, cela va de soi. Des années 90, les fournisseurs, les prestataires de service, et une partie de mes salariés ont ensuite réclamé ou accepté de l'argent liquide. Aux débuts des années 2000, j'ai fini par assécher la fontaine à cash, j'avais du mal à dormir. J'émets l'hypothèse que mon expérience n'est pas unique. Quel est votre but en publiant « Et si on se mettait enfin à table ? » De faire changer un système qui marche sur la tête en conditionnant des citoyens habituellement honnêtes à tricher, c'est-à-dire à faire supporter par d'autres les charges de la collectivité. Je pense aussi que les petites gruges du menu fretin banalisent les grosses arnaques des gros poissons. Tout le monde a laissé faire pendant des décennies, le contexte économique et social a changé la donne. Mon but avec ce livre, c'est de donner espoir, de trouver un antidote aux poisons qui rongent la société, de proposer une alternative au "Suicide Français" de Zemmour, de montrer que l'ascenseur social peut se dérouiller pour ceux qui souhaitent se remonter les manches. Qu'ensemble, en acceptant de voir la réalité en face, il n'est pas trop pour faire changer les choses. J'espère que ce livre incitera aussi d'autres citoyens à s'emparer de l'espace public car on ne peut plus laisser ce territoire aux seuls représentants politiques et syndicaux. Ecrit avec Daniel Bernard, grand reporter à Marianne, mon "pavé dans la mare" (c'est comme cela que mes confrères perçoivent ce récit autobiographique sans l'avoir forcément lu) provoquera peut-être un déclic dans la société. Il est temps d'arrêter de jouer cette partie de poker menteur et de faire sonner "le réveil français", non? Je voulais également démontrer que le travail n'est pas forcément un enfer, que l'on peut créer un environnement où employeurs et les salariés sont heureux de se rendre au travail même si la tâche est ardue. Vous crachez dans la soupe ?